Rivières

Envoyer Imprimer

thumb_environnement_rivieres_name-image-presentationLes travaux en rivière doivent être effectués de façon cohérente en tenant compte de divers enjeux dans le respect du milieu et des activités environnantes.
Par sa compétence et après Déclaration d’intérêt général, la Communauté de Communes s’est substituée au riverain pour les travaux de restauration et d’entretien des cours d’eau principaux sur près de 80 km de rivières (Luy de France, Rance, Riumayou, Luy de Béarn, L’Uzan, Gez, Gabas et louts.)
Ces travaux sont menés en concertation  avec les divers acteurs tels que AAPPMA, DDTM , l’ONEMA, les riverains, élus… et avec nos partenaires financiers et techniques (Conseil Général, Région aquitaine, Agence de l’Eau).

Les objectifs de la restauration doivent prendre en compte certains enjeux :

  • A) la  logique morpho-écologique (le milieu naturel et son fonctionnement)
    Respect du milieu naturel et du patrimoine naturel
  • B) la logique économique
    Sécurité des biens et personnes

Les objectifs intégrant les 2 logiques sont :

  • rétablir l’écoulement et la dynamique des eaux avec l’enlèvement sélectif des embâcles et chablis problématiques facilement mobilisables.
    Les souches, troncs et branches bien encrés dans le lit (émergés ou immergeant) seront conservés participant au bon état piscicole.
  • Ouvrir et diversifier le milieu et limiter les érosions par coupe et élagage sélectifs en optimisant des zones d’ombre et de lumière favorables à la vie aquatique et biocénose.
  • préserver les zones d’expansion des crues et rouvrir les bras morts (dissipation de l’énergie,  intérêt écologique)
  • protéger et préserver certains sites d’intérêt (général, écologique, pédagogique..) par l’emploi de protection végétale adaptée au milieu.
  • sensibilisation des riverains et autres acteurs du milieu rivières.

Les travaux de restauration doivent être réalisés dans le strict respect du milieu naturel et des activités environnantes depuis le haut de berge par des entreprises spécialisées en milieu rivière.

La restauration se compose brièvement :

thumb_environnement_rivieres_restauration_name-avant-sur-le-gabasD’une intervention raisonnée sur la ripisylve*  par coupe et élagage sélectifs des arbres et arbustes fortement penchés, affouillés, sous cavés et déperrissants.

Les souches sont conservées végétalisant par la suite et fixant le sol.
Aucun arrachage de souches.

(* association végétale spécifique aux bords des cours d’eau)

thumb_environnement_rivieres_restauration_name-apres-sur-le-gabasLes futs d’arbres sont laissés à la disposition des riverains.

Les branchages non valorisables autrefois enfouis sont broyés.

Les chablis (arbres en travers) et souches encrés dans le lit du cours d’eau et donc non mobilisables seront conservés participant à la dynamique du cours d’eau et piscicole.

Travaux dans le respect du milieu et des activités environnantes.

Les Restaurations :

Sous suivi du Technicien Rivières Olivier Casenave  06 48 55 77 38  mis à disposition de 3 syndicats rivières à l'aval de notre territoire (Syndicat des Luys Amont, Sivu du Luy Aval, Syndicat du Bassecq) soit près de 220 km de rivières à gerer.

2003-2006 :

  • Marché de Restauration de 50 km de rivières et 2 protections de berges mixtes.
  • (voir onglet protection)    Les Luys , le Gabas, l’Uzan et Gez
  • Montant  total marché 276 000 € HT
  • Travaux confiés après appel d’offres à l’entreprise SETE ( 71 Vincelles)
  • Travaux de qualité réalisés avec une pelle à chenille (godet les 2 premières années puis pince forestière) et 2 bucherons.

2008 : Après remise à jour de l’étude par le Technicien / Restauration de la Ranceenvironnement_rivieres_restauration_name-restauration-de-la-rance

  • (affluent  du Luy de France : 11 km)  milieu totalement fermé inaccessible
  • Montant des travaux : 66 000 € ht
  • Travaux soignés confiés à l’entreprise SETE  ( pelle à chenille équipée d’une pince forestière + broyeur  + 2 bucherons)   ouverture du milieu en préconisant des zones d'ombres et de lumières

2009 :tempête Klaus / retour à l'état initialEnlèvement des chablis et gestion de la ripisylve.thumb_environnement_rivieres_restauration_name-image-degat-tempete

Les dégats suite à la tempête Klaus ont été minimisés sur les cours d'eau  préalablement restaurés.

 

2010:

restauration du riumayou (affluent du Luy de France) sur 7.5 km linéaire de rivière.

Restauration initialement prévue en 2009 mais retardée suite à l’étude et au travaux liés à la tempête Klaus.

Travaux de qualité confiés à l'entreprise MONTIEUX ET  FILS TRAVAUX (32) pour un montant de 47 658 € ht (pelle à chenille avec pince et broyeur forestier + 2 bucherons).

 

2011:

restauration du louts sur 8.5 km de rivières.

Commune de Méracq à la limite avec les landes (philondenx).

Travaux soignés et de qualité confiés à l'entreprise  AQUITAINE TRAVAUX AQUATIQUES (64 Ustaritz) pour un montant de 57 924 € ht (pelles  à chenille avec :  grappin fixe, pince avec tête d'abbatage /  tracteur Broyeur forestier  + 2 bucherons)

A noter une partie enclavée du Louts (2 km de berge) correspondant à la commune de Malaussanne sera déléguée au syndicat du Louts landais prochainement.

 

Présentation

thumb_environnement_rivieres_protections_name-protection_de_bergeLa protection de nos ressources naturelles, la mise en valeur des villages, la réhabilitation des sites dégradés concourent à la qualité de l’environnement dans lequel nous vivons et, en développant l’attractivité du département, renforcent sa vitalité économique. Le Conseil général s’est donc engagé activement, avec ses partenaires dans une politique de restauration de la qualité des eaux, d’amélioration et de préservation du cadre de vie.

Dans cette perspective, la Communauté de communes d’Arzacq met en oeuvre un programme de restauration et protection des berges. L'ensemble de ces opérations se font dans le respect du milieu et des activités environnantes.

un point sur les protections/

 

Selon leur degré d'urgence, plusieurs protections de berges d'intérêt majeur (proximité ouvrages, aires de loisirs, habitations..) ont été réalisées à charge de la Communauté de Communes notamment depuis 2009 suite à la tempête Klaus et tout dernièrement encore suites aux aléas climatiques de janvier 2014.
 Ces travaux bénéficient de subventions à hauteur de 50% ( Conseil Général-Région et Etat selon les cas).

Les protections privées sont à charge du riverain dès lors qu'il n'y a pas d'intérêt général. La communauté de Communes par l'intermédiaire de son technicien rivières rest à disposition pour tout avis technique, aide administrative aux dossiers Police de l'Eau...06 48 55 77 38

 

A noter que les techniques végétales seront privilégiées, alternatives à l'enrochement, aussi efficaces, plus écologiques et encaissant une partie de la force du courant contrairement à l'enrochement l'accélérant via la berge opposée.

Dans le cas contraire selon l'enfoncement des pieux, les techniques mixtes seront préconisées (du type enrochement en pied et talus végétalisé à l'arrière).

Quelques réalisations/

*Aires de loisirs pédagogique de Geus-Bouillon sur le Luy de Béarn

Protections de la servitude et sécurisation par

-protection végétale par fascinage (fagot de saules fixés entre 2 rangées de pieux végétalisant à terme et maintenant la berge par enracinement + bouturage du talus maintenu par un géotextyle en fibre de coco biodégradable..)

-protection mixte / mise en place d'un cordon d'enrochement en pied et végétalisation du talus à l'arrière + bouturage de saule  (hauteur d'eau importante et roche mère affleurant rendant le piuetage impossible)

*pont du moulin de Larreule (limite avec Mazerolles) sur le Luy de béarn

-protection végétale par fascinage à l'amont  (fagot de saules végétalisant et fixant à terme la berge)

-protection végétale par peigne à l'aval (branches compactées et ligaturées entre 2 rangée de pieux battus solidement au marteau brise roche avec cloche.  Lors des crues, les fines en suspensions sont fixées dans les branches recréant à plus ou moins long terme la berge.

*ilot du moulin de Garos (habitation à l'arrière) sur le Luy de France

-protection par peigne (branchages) + fort bouturage de saules.

 

 

Château de Morlanne

Une protection de berge à la rescousse des douves du château.
Le glissement du talus des douves  de plus en plus préoccupant pouvait déstabiliser l’entrée Nord du Château et combler les douves.
Les compétences de notre Technicien Rivières furent donc mises à disposition du CG64 afin de trouver une protection alliant efficacité et intégration patrimoniale. La technique du tunage-clayonnage a été confiée à l’entreprise « Aquitaine-Travaux-Aquatiques ».

La ccarzacq poursuit ses missions d'intérêt général:

Travaux d’entretien

Suite aux aléas climatiques, des interventions sur des chablis ou arbres menaçants sont menées sélectivement et ponctuellement notamment à proximité d'ouvrages et infrastructures.   exemple/ suite aux intempéries 2013 - 2014, tempête du 31 aout 2015 sur l'est du territoire...

Travaux de restauration et etude sur le BV des Luys

Un futur programme pluri-annuel de restauration devrait voir le jour dès 2017 voire 2018 suite à l'étude interdépartementale (40 et 64) de réflexion menée à l'échelle du Bassin Versant des Luys et à l'obtention d'une nouvelle Déclaration d'Intérêt Général.

Portée par le Syndicat du Bassin versant des Luys (40), suite à un groupement de commande auquel adhère la ccarzacq, cette étude a été confiée fin 2013 au bureau d'étude Geodiag afin de mener une réflexion interdépartementale à l'échelle du Bassin Versant des Luys (soit plus de 600 km de rcours d'eau et ruisseaux).

La phase diagnostic a été présentée courant de l'été 2015. A ce jour, comme les communes membres avant elles et suite au COPIL, ce sont les EPCI qui doivent se prononcer sur la phase concertation des enjeux et le projet de plan de gestion associé.. A noter que les enjeux ont été répertoriés sur le territoire en lien étroit avec chaque commune et le technicien rivières.

Les discussions lors des réunions, basées sur la nécessaire solidarité amont/aval,urbain/rural, sans oublier les évolutions réglementaires (GEMAPI), mènent à la question de gouvernance avec l'obejctif d'un syndicat unique pour une gestion cohérente et raisonnée du bassin versant des Luys.

 

Travaux de protection de berge en privilégiant les techniques végétales

 La communauté de Communesne prend en charge les protections de berges uniquement lorsqu'elles seront dites d'intéret général (proximité d'ouvrages, servitudes, habitations...) après validation d'un dossier de déclaration déposé au service Police de l'Eau de la  DDTM.

Les demandes d'intérêt privées en terme de protection sont à la charge de chaque riverain; la communauté de communes restant à disposition pour avis technique et aide administrative par l'intermédiaire de son technicien rivières 06 48 55 77 38

La majorité des protections à venir seront réalisées à l'aide de techniques végétales (branchages, fagot de saules fixés par pieutage..) alternatives à l'enrochement, aussi efficaces, plus écologiques et surtout encaissant une partie de la force du courant contrairement à l'enrochement l'accélérant.

A NOTER/ suivant la structure du sol du lit du cours d'eau, l'enfoncement des pieux peut s'avérer impossible et de ce fait des techniques dites mixtes seront préconisées (enrochement en pied et talus végétalisé à l'arrière   ou tunage).

 

Ci-après, les liens vers nos partenaires financiers vous permettrons d'obtenir diverses informations sur les tendances et politiques en matière de gestion des eaux et de préservation du milieu :